Café de Saint Domingue – Plantation Don Jimenez

Café de Saint Domingue – Plantation Don Jimenez

Le 31 Janvier 2011 départ pour la plantation Don Jimenez située sur le versant nord de la cordillère centrale. La cordillère centrale culmine entre 900 et 1500 mètres d’altitude. La route, non plutôt la piste s’annonce longue et accidentée mais il va bien falloir monter là haut!

Nous allons d’ailleurs y laisser notre pot d’échappement mais heureusement, notre équipe de mécano de choc va vite remédier au problème. Au bout de 3 heures de montée digne des plus grands raids de 4×4 magazine, nous arrivons enfin.

Et une fois en haut, nous comprenons qu’une telle situation, ça se mérite…!! La plantation Don Jimenez est située à une altitude de 1400 mètres, et s’étend sur 70 hectares de montagne.

La variété cultivée est essentiellement du caturra et sa production avoisine les 200 sacs/an soit environ 12 tonnes. Entouré de l’ingénieur agronome Hector Jimenez et d’Aldo Gorlani, nous commençons la visite de  la plantation qui regorge de caféiers bien murs, cette fois nous arrivons avant la récolte.

Le terrain est difficile d’accès et la pente est raide. Dans de telle condition, la cueillette ne peut être que manuelle car aucune machine ne peut évoluer sur ce type de terrain. Le picking est ici la seule façon de cueillir son café.

On voit bien sur cette photo la différence de coloration entre une cerise mure qui est bien rouge et une cerise verte qui n’est pas encore mature. Les cueilleurs vont venir récolter uniquement les cerises rouges, les vertes sont laissées sur pied et seront récoltées plus tard.

Les responsables de la plantation Don Jimenez emploient des méthodes écologiques pour enrichir, fertiliser et protéger les pieds de caféiers. On peut voir ici, un piège contre la broca. La broca est un insecte qui mange le fruit du caféier et ceci affecte directement la qualité des grains de café. La bouteille contient des phéromones qui vont attirer les insectes à l’intérieur de la bouteille ou ils vont mourir. Cette technique permet de lutter contre cet insecte de manière écologique tout en préservant l’environnement.

C’est le moment de passer à l’action. Équipé de notre petit bidon nous attaquons la cueillette. Au bout d’une heure, nous comprenons très vite la pénibilité de ce travail. La chaleur, la pente et le poids du seau sont autant de facteurs qui rendent la tache pénible et laborieuse.

Au bout de 2 heures de cueillette, nous avions à peine 2 kgs de cerises de café dans notre seau, soit environ 80 grs de café vert prêt à être torréfier. Aprés torréfaction, il ne reste plus que 60 grs de café torréfié soit 7 expressos…en 2 heures de cueillette !! On boit le café différemment, quand on connait la somme de travail que votre tasse de café a nécessité.Lors de la récolte nous avons pu admirer la fleur du caféier. Dégageant un parfum subtil, ces fleurs ne vivent que quelques jours.


Une fois récoltées, les cerises de café sont dépulpées et étalées sur cette aire de séchage. A ce stade le café est encore en parche, il reste encore beaucoup de travail avant que ce café soit prêt à être consommé.

 

Le café de la plantation Don Jimenez est un café onctueux et tout en fraîcheur. Les arômes sont typiques, et caractérisent ce véritable café de terroir. Persistant et long en bouche, ce café est notre coup de cœur du moment.

Je souhaite remercier toute l’équipe de GFJ EXPORT dont Aldo Gorlani, Hector Jimenez, et Mattheo Franzinelli pour leur gentillesse et leur disponibilité durant notre séjour.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On YoutubeVisit Us On Instagram